Le projet HYPER

Le projet HYPER (How Young People are Engaged by Radicals) implique 6 partenaires de 6 pays:

1. Jugendförderverein Parchim/Lübz e.V., coordinateur du projet, (Allemagne)
2. The Rural Hub, (Irlande)
3. E-Juniors, (France)
4. REINTEGRA, (République tchèque)
5. Centre pour l'avancement de la recherche et du développement en technologie éducative (CARDET), (Chypre)
6. Lancaster et Morecambe College, (Royaume-Uni)


L'Europe est confrontée à une menace réelle et persistante de l'extrémisme violent. Une petite minorité de groupes continue de présenter de faux arguments et raisonnements qui cherchent à justifier des attaques contre des civils innocents. Les États Membres sont instamment priés de prendre des mesures pour empêcher les voix et les messages extrémistes d'atteindre ceux qui sont les plus vulnérables à ces opinions radicales. On a l'impression que les personnes exposées au risque de radicalisation ont un faible niveau d'éducation et correspondraient généralement à la classification des jeunes défavorisés, mais des recherches approfondies indiquent que la démographie varie en fonction de la religion, de l'âge, du sexe, de l'éducation et du milieu financier. Ce qui a été constaté, c'est que beaucoup se radicalisent en réponse à des messages émotifs et visuels et par frustration ou indignation face à l'injustice ou à l'inégalité perçue. Il n'y a pas de profil évident d'une personne susceptible d'être impliquée dans l'extrémisme ni d'indicateur unique du moment où une personne pourrait décider d'adopter la violence à l'appui d'idées extrémistes. Les extrémistes radicaux ont montré qu'ils maîtrisaient les réseaux de communication mondiaux, utilisant Internet pour diffuser des vidéos graphiques et des magazines électroniques afin de répandre une rhétorique anti-établissement et des volumes de " fausses nouvelles " pour attirer des sympathisants potentiels. Sur les médias sociaux, les extrémistes font écho à ces messages et atteignent les curieux et les impressionnables. Facebook compte 1,3 milliard de comptes actifs et est utilisé par les extrémistes pour partager des informations et de la propagande et pour identifier des recrues potentielles. Twitter permet de diffuser l'information en temps réel, en fournissant des " nouvelles de dernière heure " qui peuvent être réelles ou fausses, souvent pour gagner la sympathie ou inciter à la violence ou à l'hostilité. Les groupes extrémistes utilisent des visuels engageants et des bandes sonores hip-hop sur YouTube pour cibler les jeunes. Les cybermagazines comme Inspire et Dabig partagent habilement des informations et des images éditées pour atteindre un large public.

Les jeunes d'aujourd'hui, nés à l'ère du numérique, sont de plus en plus dépendants des jeux en ligne où une grande partie de l'action se déroule dans des environnements hostiles. L'attitude pro-agression dans le monde des jeux en ligne favorise l'intimidation, le harcèlement, l'homophobie, le racisme et la misogynie. Il existe toute une série de groupes et de récits extrémistes qui encouragent le recours à la violence et qui affectent les individus et les communautés dans toute l'Europe. Il s'agit notamment d'ISIS, d'Al-Qaïda, de groupes quasi-politiques d'extrême droite et de gauche. Des événements mondiaux tels que la crise économique et les conflits en Afrique du Nord qui ont engendré l'afflux récent de migrants dans toute l'Europe ont également un impact sur les communautés locales. Cela peut parfois conduire à des tensions communautaires, alimenter la suspicion et créer des divisions entre des personnes de cultures et d'origines différentes. Les tensions dans les communautés locales entre les différents groupes ethniques, les sentiments de doléances et d'injustice, la pensée " eux et nous ", le besoin d'identité, de sens et d'appartenance ne sont que quelques-uns des facteurs qui sont aujourd'hui monnaie courante en Europe et qui contribuent à créer les conditions idéales pour que les extrémistes radicaux puissent agir. Le processus de radicalisation est différent pour chaque individu et peut se dérouler sur une longue période ou dans un laps de temps très court.

La radicalisation doit être comprise comme un processus et non comme un événement. En tant que processus, il est possible d’intervenir pour protéger les jeunes vulnérables. Les chances de succès de toute intervention proposée peuvent être considérablement accrues si le message anti-radicalisation est délivré par une voix crédible au sein de la communauté des jeunes.
hyper-project.php L'objectif du projet HYPER est de concevoir et de produire une série complète de ressources éducatives qui montrent le processus de radicalisation en action. Ces ressources viseront à démontrer comment la radicalisation peut se produire sur les plateformes de médias numériques et sociaux les plus populaires où les jeunes d'aujourd'hui traînent et où beaucoup sont les plus vulnérables. L'ensemble des ressources de simulation servira de passerelle vers un environnement d'apprentissage en ligne où un large éventail d'outils d'apprentissage et d'apprentissage en ligne seront mis à disposition.
hyper-project.php Une gamme de ressources de formation appropriées sera également fournie. Pour accompagner ces ressources de simulation, le consortium du projet développera un programme de formation par les pairs pour les jeunes intéressés à devenir des voix crédibles contre la rhétorique et les actions extrémistes radicales. L'éducation est l'un des principaux outils d'intervention dont disposent les États membres de l'UE pour contrer la radicalisation croissante et les animateurs de jeunesse qui s'engagent auprès d'un large éventail de jeunes dans divers cadres formels, informels et non formels sont les personnes les mieux placées pour mener cette lutte. Pour soutenir ces jeunes professionnels, HYPER développera des programmes de formation continue et d'initiation sur mesure afin de leur permettre de tirer le meilleur parti de la gamme complète d'outils proposés.

Selon Cecilia Malmström, commissaire européenne chargée des affaires intérieures, "aucun pays n'est épargné par le fléau de l'extrémisme violent, mais encore trop peu d'États membres sont confrontés à cette menace croissante. Nous avons besoin de mesures fortes et préventives pour contrer l'extrémisme sous toutes ses formes".

Lettre d'information n° 1 (FR)